Réponses d'experts

Les héritiers

Partager
Envoyer par email

En l'absence de conjoint survivant, la succession est dévolue aux parents les plus proches.

Famille sur la plage

Le décès provoque l'ouverture de la succession.

Pour le calcul des parts de la succession, il est d'abord nécessaire d'identifier les héritiers.

Le calcul de la succession dépend de la situation légale des héritiers :

Calculez vos frais de succession Gratuitement

Les héritiers : y a-t-il un conjoint survivant ?

En l'absence de dispositions du défunt, la dévolution de la succession est dite « ab intestat » : sans testament.

Dans ce cas, la transmission du patrimoine aux héritiers est organisée par la loi.

Pour le calcul des parts de succession, il faut également distinguer la succession :

Absence de conjoint : les héritiers légaux

À l'ouverture de la succession, les parents du défunt sont appelés à se manifester : cela fait partie des démarches de décès.

Les héritiers : ordres et degrés par rapport au défunt

Les parents du défunt sont répertoriés selon différents ordres, et — au sein de ces ordres — selon différents degrés :

Les héritiers : ordres et degrés
1er ordre : les descendants 2e ordre : ascendants et collatéraux privilégiés 3e ordre : ascendants ordinaires 4e ordre : collatéraux ordinaires
1er degré Enfants Parents
2e degré Petits-enfants Frères et sœurs Grands-parents
3e degré Arrières petits-enfants Neveux et nièces Arrières grands-parents Oncles et tantes
4e degré Cousins germains

Faites une simulation de vos frais succession

Règles de succession pour les héritiers

Le premier ordre prime sur le deuxième, qui prime sur le troisième qui lui-même prime sur le quatrième.

Le premier ordre comprend les parents considérés comme les plus proches.

Au sein d'un ordre, le premier degré prime sur le deuxième, etc.

Deux règles dictent la dévolution successorale :

  • les parents les plus proches héritent en premier,
  • les parents les plus proches excluent les parents éloignés.

Enfants du défunt : les héritiers les plus proches

Pour répartir la succession, il faut d'abord vérifier l'existence de descendants (1er ordre) :

  • si le défunt laisse des enfants : tous les autres parents sont exclus de la succession et ne reçoivent aucune part du patrimoine,
  • si le défunt laisse des enfants (1er ordre, 1er degré) et des petits-enfants (1er ordre, 2e degré), seuls les enfants héritent : ils excluent le 2e degré, sauf représentation d'un parent décédé (voir ci-dessous).

Les héritiers suivants : les parents de 2e ordre

En l'absence de parents du 1er ordre (descendants), il faut passer au 2e ordre et vérifier :

  • l'existence de parents, de frères et sœurs et de neveux et nièces,
  • si le défunt laisse son père et/ou sa mère, tous les autres parents sont exclus de la succession et ne reçoivent aucune part du patrimoine.

Exception : Si le défunt laisse ses parents (2e ordre, 1er degré) et ses frères et sœurs(2e ordre, 2e degré) :

  • les parents héritent de la moitié de la succession,
  • les frères et sœurs reçoivent l'autre moitié.

Lorsqu'un seul parent subsiste, il reçoit ¼ du patrimoine, les ¾ restant sont dévolus aux frères et sœurs.

Les héritiers les plus éloignés : les cousins

Les cousins sont les derniers à hériter.

Ils ne reçoivent du patrimoine du défunt qu'en cas d'absence de tout autre membre de la famille de défunt.

Calcul succession entre les héritiers : des parts égales

Une fois que les héritiers sont déterminés, le patrimoine leur est attribué à parts égales.

La totalité du patrimoine du défunt est partagée à parts égales entre les héritiers d'un même ordre et d'un même degré.

Exemples :

  • X décède avec un patrimoine de 300 000. Il laisse 3 enfants, ses 2 parents et une tante : seuls les enfants héritent ; les 300 000 sont partagés entre eux à parts égales, chacun reçoit donc 100 000,
  • X décède avec un patrimoine de 400 000. Il laisse son père, son frère et sa sœur : le père hérite de 100 000 ; le frère et la sœur se partagent les 300 000 restants soit 150 000 chacun.

Bon à savoir : En présence de dons et legs, seule la réserve héréditaire est attribuée. Elle n'est réservée qu'à certains héritiers.

En savoir plus : héritiers réservataires

Succession et égalité pour les héritiers

Deux mécanismes légaux permettent de préserver l'égalité entre les différents héritiers appelés à la succession.

Réduisez vos frais de succession

Héritiers : représentation d'un parent décédé

En principe, un héritier d'un degré supérieur exclut un héritier d'un degré inférieur :

  • les enfants excluent les petits-enfants,
  • les frères et sœurs excluent les neveux et nièces.

Une exception permet à un enfant d'un degré inférieur de venir représenter son parent décédé préalablement.

Ainsi, lorsque le défunt laisse :

  • un enfant et deux petits-enfants : les deux petits-enfants représentent leur parent décédé dans la succession : ils se partagent la part du patrimoine que leur parent décédé aurait dû recevoir de son vivant,
  • un frère et deux neveux : les neveux se partagent la part du patrimoine que leur parent décédé aurait dû recevoir de son vivant.

Exemple : X décède en laissant 2 enfants, Y et Z. L'année suivante, le père de X décède en laissant un enfant, W, et les deux petits-enfants issus de X. Le patrimoine du père de X est dévolu :

  • pour moitié à W,
  • pour moitié à Y et Z.

Y et Z représentent X et bénéficient donc de la part qu'il aurait dû recevoir, soit la moitié du patrimoine du père de X.

Bon à savoir : La représentation joue également en cas de renonciation à la succession.

Fente successorale : les ascendants et collatéraux ordinaires

Lorsque le défunt ne laisse ni descendants ni frères et sœurs, la succession est dévolue aux ascendants et aux collatéraux ordinaires selon le mécanisme de la fente.

Le patrimoine est divisé en deux parts égales :

  • l'une est transmise à la branche paternelle,
  • l'autre part à la branche maternelle.

Le parent le plus proche hérite de la part réservée à sa branche.

Exemple  : X décède en laissant sa mère, son grand-père paternel et un oncle du côté de son père. Son patrimoine est partagé en 2 parts égales : la moitié est dévolue à sa mère, l'autre moitié à son grand-père paternel, qui exclut l'oncle dont le degré de parenté avec le défunt est moindre.

En savoir plus : droit de succession


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
Lionel BEAUFILS

Expertises dans le domaine de la construction | SAS EUROP INVESPAR GROUP France

Expert

Pascal Sanchez

Fabricant de menuiseries PVC et Aluminium.

Expert

Emilie D.

Maman bien renseignée :)

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Vous voulez organiser vos frais de succession ?

Faites une simulation gratuite !

Optimisez vos frais de succession.

Gratuit et sans engagement !



Sur le même sujet

Répartir les biens lors d'une succession

Lors d'une succession, chacun des enfants doit recevoir une part égale, indépendamment du fait qu'il soit un enfant déclaré ou non. Lorsque la succession inclut des biens de différentes natures, il est nécessaire d'en calculer la valeur afin de ré [...]

Favoriser son conjoint dans une succession

Dans une situation où votre conjoint ne pourrait bénéficier d'une part importante de votre héritage qu'en l'absence de descendants, vous avez la possibilité de recourir à certains actes notariés, voir à un changement de régime matrimonial, afin de lui [...]

Prévoir la transmission de son entreprise en cas de décès

Bon nombre d'entreprises présentent une santé liée à celle de son dirigeant fondateur. Si tel est le cas de votre société, il est important de prendre vos dispositions au cas où vous décéderiez brusquement. Plusieurs solutions s'offrent à vous : c [...]

Qui hérite des souvenirs de famille ?

En cas de décès, les biens du défunt sont répartis selon les règles de la succession. Mais, les souvenirs de famille obéissent à des principes particuliers. Zoom sur les conditions d'héritage des souvenirs de famille. Qu'est-ce qu'un souvenir de famil [...]

Transmettre son entreprise familiale à un proche

Il existe plusieurs façons de transmettre une entreprise ou un commerce à des enfants ou à un ami proche sans crouler sous les obligations fiscales. Notre astuce fait le point. Bon à savoir : pour ces démarches, la présence d’un notaire est vivement recom [...]

Succession en cas de remariage

En cas de décès, le conjoint survivant et les enfants du défunt ont certains droits sur sa succession. Des difficultés peuvent survenir quand le défunt a eu plusieurs conjoints et, éventuellement, des enfants de plusieurs lits.Qu'en est-il de la successio [...]

Succession : cas des enfants illégitimes

Les enfants nés de liaisons extra-maritales disposent maintenant des mêmes droits que ceux nés lors d’une union reconnue. Définition des enfants adultérins Lorsqu’une personne mariée ou en pacs a un enfant avec une personne autre que son conjoint ou parte [...]

Laisser ses enfants hériter à sa place

Si vous venez d’hériter d’un patrimoine que vous souhaitez léguer à vos propres enfants, sachez que vous avez la possibilité de renoncer à cette succession à leur profit, vous permettant ainsi d’économiser des droits de mutation futurs. On peut renoncer à [...]


Newsletter

Chaque semaine des astuces et des actus dans votre boîte aux lettres !
Inscrivez-vous maintenant :

Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.

Liens rapides

Tout le guide pratique succession

article
172217
Les héritiers : calcul de la succession pour les héritiers
En l’absence de conjoint survivant, le patrimoine est transmis aux héritiers : infos et dispositions légales — Tout sur ComprendreChoisir.com
http://succession.comprendrechoisir.com/comprendre/les-heritiers
heritiers-succession
cms