Vos questions sont entre de bonnes mains

Renonciation à succession

Partager
Envoyer par email

Dans certaines hypothèses, il peut être judicieux de renoncer à la succession.

En l'absence de dispositions du défunt, la dévolution de la succession est dite « ab intestat » : sans testament. La transmission du patrimoine aux héritiers est alors organisée par la loi.

Il existe trois cas pour lesquels il y a absence de succession :

Calculez vos frais de succession Gratuitement

Renonciation à la succession pure et simple

En principe, les héritiers héritent de la succession du parent défunt du simple fait de la loi.

Lettre de refus d'une succession

Renonciation succession : dans 2 cas

Dans deux cas, il peut être avantageux de renoncer à la succession :

  • existence de dettes : lorsque le patrimoine du défunt comprend un passif supérieur à l'actif, il est préférable pour les héritiers de renoncer à la succession : les héritiers ne sont pas tenus au paiement des dettes du défunt au-delà de la valeur du patrimoine reçu, leur propre patrimoine est protégé contre un appauvrissement,
  • pour avantager des descendants : lorsqu'un enfant est appelé à la succession de ses parents, alors qu'il a lui-même des enfants, il peut renoncer à la succession au profit de ces enfants. En application du mécanisme de la représentation, les petits-enfants du défunt se partagent la part d'héritage qu'aurait dû recevoir leur parent.

Exemple : X décède avec un patrimoine de 200 000 €, en laissant 2 enfants, Y et Z, et deux petits-enfants V et W. En principe, Y et Z se partagent la totalité du patrimoine de X. Mais Y, le père de V et W, renonce à la succession : V et W le représentent ; ils reçoivent la moitié du patrimoine de X (l'autre moitié étant dévolue à Z). Ainsi, Z reçoit 100 000 € et V et W reçoivent chacun 50 000 €.

Bon à savoir : Renoncer à la succession pour avantager un enfant permet d'éviter le double paiement des droits de succession : seuls les petits-enfants s'acquittent des droits (le renonçant n'est pas imposable).

Procédure de renonciation à la succession : avant 4 mois après le décès

L'héritier renonçant doit déclarer son refus auprès du greffe du tribunal de grande instance du lieu d'ouverture de la succession.

La renonciation doit être formulée dans un délai de 4 mois à compter du décès.

Bon à savoir : Le formulaire de renonciation à succession se trouve sur le lien suivant : ici.

Renonciation succession : le cas du pacte successoral

Dans ce cas de renonciation à la succession, il s'agit d'une renonciation au profit d'un collatéral.

En principe, les enfants héritent de leurs parents lors du décès : les enfants se partagent à parts égales la totalité du patrimoine des parents défunts.

Dans l'hypothèse d'un enfant fragile (handicapé mental ou physique, malade...), les parents peuvent souhaiter lui attribuer une part d'héritage supérieure à la part des autres enfants.

Le pacte successoral permet au parent souhaitant avantager un enfant fragile de lui léguer ou de lui donner une partie de la réserve héréditaire des frères et sœurs de l'enfant fragile, qui y renoncent.

Options de renonciation au profit d'un collatéral

Ils ont plusieurs possibilités :

  • léguer à l'enfant fragile la totalité de la quotité disponible, via un testament ou une donation ;
  • établir un pacte successoral : les parents transmettent à l'enfant fragile — outre la quotité disponible — une partie de la réserve héréditaire de ses frères et sœurs.

Trouvez un avocat pour vos démarches

Renonciation à la succession : procédure du pacte successoral

Le pacte successoral est un acte authentique établi en présence de 2 notaires.

Il nécessite le double consentement du parent et de l'enfant renonçant.

L'enfant renonçant s'engage à renoncer à toute action en réduction pour la succession : il renonce à une partie ou la totalité de sa réserve héréditaire.

La renonciation est stipulée au profit d'un bénéficiaire nommément désigné : l'enfant fragile.

Bon à savoir : les descendants du renonçant sont tenus au respect du pacte ; ils ne viennent pas en représentation de leur parent renonçant. Le pacte peut être révoqué, à la demande du renonçant, lorsque ce dernier se retrouve dans un état de nécessité ou lorsque le bénéficiaire de la renonciation est frappé d'indignité.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
jean-pierre theisen

tous investissements, crédits,assurances personnes | theisen patrimoine conseil

Expert

frédéric lassureur

ecrivain public - spécialisé dans les questions d'assurances - diplômé de l'enas

Expert

lucien capdecomme

expert-comptable | expertise comptable

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Vous voulez organiser vos frais de succession ?

Faites une simulation gratuite !

Optimisez vos frais de succession.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.

Liens rapides

Tout le guide pratique succession

Tout le guide pratique